525996_3634567660081_1006699053_n

Ici et maintenant mais pas que…

Vivre à fond l’instant présent, ici et maintenant, est nécessaire dans nos vies trépidantes. Pour autant, voyager entre passé et futur, c’est aussi choisir d’être libre.

Etre ici et maintenant, en pleine présence ou en présence juste.

Choisir de goûter l’instant présent. Le savourer. Ressentir ses sensations, humer, regarder, caresser, écouter.

Déposer son cerveau, écouter son corps.

Telle est la posture que je propose toujours à mes « patients » pour lâcher-prise. (Et si je ne pratique pas la méditation, je leur conseille toujours de le faire).

L’instant présent permet d’ôter le masque de la « persona » pour aller vers son « soi ». Dans un exercice de clown, par exemple, le “patient “ retrouve son âme d’enfant. Les joies simples. Ses désirs. Il se sent authentique.

L’instant présent, c’est également vivre  pleinement ses peines et ses joies. Ses doutes et ses certitudes. Accepter de ne pas être tout le temps heureux.

Dans  l’instant présent, par définition, le passé n’existe presque plus et le futur n’est pas encore tout à fait là. Mais sans le passé et le futur, « l’instant présent” n’aurait aucun sens !

En  thérapie, faire des ponts avec son passé est essentiel pour justement ne plus ruminer les  frustrations, ressasser les blessures. Une vie sans mémoire serait absurde.

Anticiper, planifier le futur est nécessaire aussi afin d’être plus serein pour « affronter » l’avenir. Que serait une vie sans un minimum de projets, même à court terme ?

Evoquer le passé en thérapie (dans l’instant présent)  c’est un peu répondre au « pourquoi » et évoquer le futur, répondre au « comment ».

Se réfugier dans un souvenir heureux.

Quand l’instant présent est difficile à vivre, il est agréable, parfois, de s’évader. Quelques minutes de clivage comme  un sauvetage. Rêver, poétiser, gambader dans sa tête,  se réfugier dans un souvenir (heureux), s’imaginer ailleurs, se projeter dans un «  lendemain qui chante », tirer dans plans sur la comète, espérer le bonheur.

Si dans nos vies trépidantes, une pause s’impose (ici et maintenant), nous pouvons aussi choisir, à tout moment, de voyager avec agilité entre passé et futur.
De l’inspire à l’expire.

Etre libre, finalement, c’est choisir le temps qui nous correspond, au bon moment, dans l’instant présent, à notre rythme.

On peut choisir d’être libre (relativement).

Et pour être (relativement )libre, il faut travailler sur son passé et son futur,

non ?