Souffrance et stress au travail : burn-out, bore-out et brown-out

souffrance et stress au travail : burn-out, bore-out et brown-out

Quels sont les symptômes du  burn-out, du bore-out, du brown-out ?

  • Vous avez un « bon » job mais parfois, vous vous sentez surbooké, « pressé comme un citron ». Vous vous posez des questions : mon univers professionnel est-il en adéquation avec mes valeurs ? Est-ce que je ne passe pas trop de temps au boulot, « sous l’eau » ? La tête dans le guidon, je n’oublie pas, parfois, de me projeter ?
  • Vous êtes en période de transition, « élu » d’un plan de restructuration ? Vous vous sentez trahis, niés, dépersonnalisés ? Vous appréhendez l’avenir, la période de chômage, vous avez besoin d’aide pour « rebondir » ? Déceler les opportunités et les saisir ?
  • Vous vous impliquiez dans votre job, mais là, vous êtes  épuisé, démotivé, vous vous sentez seul et avez tendance à vous isoler ? Vous somatisez ? Vous avez des troubles de l’attention, de concentration, la « mémoire qui flanche » ?  Vous ne trouvez pas vos mots, vous faites des erreurs ? Vous vous auto-sabotez ?
  • Vous avez le sentiment d’être inutile, d’effectuer des tâches dépourvues d’intérêt qui ne correspondent pas à vos compétences ? Du coup, vous vous désinvestissez surtout si votre job va à l’encontre de vos idéaux ? Vous faites semblant de bosser mais vous vous sentez illégitime.
  • Vous vous ennuyez « à mourir » ? Vous n’avez rien à faire, vous êtes placardisé. Vous avez l’impression de « tuer le temps » au travail et un sentiment d’imposture vous mine. Vous ne savez pas comment faire pour trouver du sens à vos journées, « mériter » votre salaire ?
  • Très sensible, vous avez du mal à « affronter » la hiérarchie, à canaliser vos émotions (vous fondez en larmes dans l’open space ?), vous n’arrivez pas à communiquer avec vos collègues qui ont tendance à faire de vous leur bouc-émissaire.

souffrance au travailLa charge de travail, l’absence de valorisation, le manque d’autonomie, le harcèlement  mais aussi l’ennui et la perte de sens peuvent être les causes de votre malaise.

La prévention du burn-out

  • Vous avez la sensation de ne plus être aussi efficace au travail, même si vous restez tard pour  compenser » ?
  • Votre repos n’est plus réparateur. Vous êtes vidé, fatigué au réveil, à fleur de peau, épuisé moralement, vous somnolez toute la journée et, la nuit, vous avez des troubles du sommeil.
  • Vous ruminez sans cesse, devenez intolérant, irritable, facilement en colère, cynique, vous passez facilement du rire aux larmes. « Ça sert à quoi, tout ça ? »
  • Vous êtes dans le déni par rapport à votre surmenage. Vous vous repliez sur vous-même, vous éprouvez un sentiment de solitude, même quand vous êtes entouré.
  • Vous avez des symptômes physiques de plus en plus fréquents : migraines, douleurs musculo-squelettiques, troubles du comportement alimentaire, tachycardie, affections virales, zona, ulcère… et pire, AVC.
  • Vous avez recours à des substances pour vous calmer ? (alcool, tabac, drogue).

Comme l’émotion, le burn-out est un signe envoyé par votre corps pour vous alerter !

Il est le symptôme d’une situation de crise, d’un dysfonctionnement. Il  se manifeste par un stress chronique qui entraîne un épuisement physique, mental et émotionnel. Petit à petit, vous perdez confiance et un jour, soudainement, vous n’arrivez plus à sortir de votre lit pour aller bosser. Surtout, ne prenez pas cette situation à la légère, les conséquences peuvent être lourdes. Si le burn-out est déclaré, je vous mets en relation avec un psychiatre qui, lui seul, peut poser un diagnostic.

Vous culpabilisez ?

Ce n’est pas vous qui êtes fragile mais l’univers du travail qui est déstabilisant. Si, en particulier, vous êtes perfectionniste (vous ne supportez pas l’échec, vous voulez en faire toujours plus et d’ailleurs, votre hiérarchie vous en demande toujours plus), vous avez alors la sensation de sacrifier la qualité à la quantité. Vous voulez peut-être plaire à tout prix et votre besoin de reconnaissance est particulièrement fort.

Le Bore-out

Ce terme (de l’Anglais, « boring », ennuyeux) désigne l’ennui au travail, par manque de missions, de motivation, de challenges à relever. Les causes sont donc différentes du burn-out mais la souffrance au travail est sensiblement la même.  Le bore-out provoque une impression d’illégitimité, d’inutilité. La « victime », démobilisée, n’arrive plus à s’impliquer dans son job.

Le Brown-out

C’est le cousin germain du bore-out. Cette « baisse de courant » psychique est en quelques sortes une manifestation provoquée par l’absurdité des tâches à accomplir.

Futile ou utile ?

J’ai longtemps observé les comportements en entreprise. Moi-même, je n’y ai  pas toujours trouvé ma place. Je me suis interrogée sur la prévention des risques psycho-sociaux et je me suis formée à l’accompagnement des « victimes » du stress au travail et de la souffrance au travail. J’ai aussi développé un programme de bien-être en entreprise.

Burn-out

Les moyens pour sortir d’une souffrance au travail

Je vous propose un espace de parole où vous pouvez « vider votre sac ».

Puis, nous allons faire le point sur votre situation, la conscientiser, mettre ensemble des mots sur vos maux.

Je vous aide à retrouver l’estime de vous-même en vous appuyant sur vos ressources, vos valeurs, ce qui fait sens pour vous et ne pas vous focaliser exclusivement sur votre stress. Vous apprendrez à lâcher prise, à vous réinvestir dans votre vie privée, à « bouger » pour sortir de l’impasse (un nouveau job, une mutation interne, une formation, une reconversion, il existe toujours des solutions !)

Il s’agira aussi de sortir du déni, d’accepter vos limites, d’oser refuser la surcharge de travail, déléguer le trop plein à des collègues.

Nous pourrons travailler aussi sur la façon de déjouer les injonctions paradoxales du management, à comprendre et transformer ses émotions par la Communication non violente (CNV), le psychodrame, la méditation pleine conscience, l’art-thérapie.

Vos mantras pour aller mieux :

  • Ne néglige pas tes propres besoins
  • Accepte de ne pas être infaillible
  • Ose dire non si ce n’est pas juste pour toi (ah, le non-dit !)
  • N’oublie pas de maintenir l’équilibre vie privée/vie pro
  • Trouve du sens ailleurs
  • Pose des actes pour « bouger »
  • Identifie les « lieux d’usure » (ceux qui te vident de ton énergie, te rendent impuissant) pour t’en extraire (tâches, situations, personnes)

Dans mon blog :

Des lectures sur le stress et la souffrance au travail

 

The Stupidity Paradox,
André Spicer et Mats Alvesson,livre-stupidity-paradox
Burn-out : le détecter et le prévenir,
(éd. Jouvence), Catherine Vasey
Couv Burn_out
Quand l’ennui au travail rend malade,
François Baumannlivre-bore-out
Le préjudice et l’idéal,
Paul-Laurent Assoun Le préjudice
Le tabou du stress au travail,
Philippe-Georges Dabon livre-tabou-stress-travail