Hypersensibilité : personnes atypiques, zèbres, surdoués

hypersensibles, atypiques, zèbres, surdoués : atelier pas comme les autres : l'atelier pas comme les autres est fait pour vous

C’est parce que mes patients avaient pratiquement tous un profil d’hypersensible /atypique, parfois surdoué/zèbre, que j’ai décidé de me former dans ce domaine*.

Il ne s’agit pas, bien sûr, de figer les personnes dans des cases (et en l’occurrence, ces patients détestent les cases). Chacun est unique et l’histoire de vie, l’environnement, le milieu socio-culturel, l’éducation sont évidemment toujours à prendre en considération.

Mais il est essentiel de valider l’énorme potentiel des hypersensibles/atypiques, de les motiver à reconnaître, accepter et transformer leurs belles différences, à se protéger de leur tendance à l’auto-sabotage. Qu’ils soient zèbres (« surdoués atypiques » en quelques sortes…) ou pas, les protocoles pour les accompagner sont les mêmes.

Vous êtes peut-être une personne hypersensible, atypique, peut-être surdouée, zèbre si vous vous reconnaissez dans la plupart de ces caractéristiques (et de ces paradoxes) :

hypersensible, atypique, zèbre, surdoué

  • Vous êtes tout le temps en train de réfléchir, de trop penser.
  • Vos idées fusent.
  • Créatif, curieux, vous êtes avide de découvertes, d’innovations.
  • Vous avez un sens aigu de l’observation
  • Très sensible, émotif, vous réagissez pour un rien.
  • Ou, au contraire, vous avez l’impression de « taire » vos émotions, d’être coupé de vos sensations corporelles, clivé, de porter un masque pour mieux vous intégrer à votre environnement.
  • Vous abordez le monde de façon originale, non conformiste ou maladroite et ne savez pas toujours aller à l’essentiel.
  • Vous vous dénigrez et un sentiment d’imposture vous traverse l’esprit.
  • Vous ressentez les émotions des autres, vous êtes hyper-empathique et intuitif.
  • Vous ne supportez pas  la hiérarchie, l’autorité.
  • Vous êtes altruiste.
  • Vous avez soif de justice.
  • Vous recherchez les relations authentiques, le lien à l’autre est vital même si vous êtes exigeants.
  • Votre force de travail est illimité, vous êtes perfectionniste quand le sujet vous intéresse, sinon, au contraire, vous décrochez vite.
  • Vous utilisez l’humour cinglant.
  • Trouver du sens à vos missions, votre vie, est nécessaire.
  • Facilement anxieux, triste, vous avez aussi la capacité de vous émerveiller facilement.
  • Une impression de vide, d’enfermement vous traverse parfois.
  • Une grande lucidité vous rend modeste.
  • Vos sens sont exacerbés.
  • Vous êtes facilement stimulé et stressé.
  • Vous êtes parfois dépendant du regard de l’autre.

Sauter du corps à l’âme

Certains spécialistes avancent que tout le monde naîtrait avec un potentiel élevé. Puis, au fur et à mesure du développement, un processus « d’élagage » freinerait le foisonnement neuronal, sauf pour 10 à 15% des personnes. La plupart d’entre nous n’exprimerions qu’une infime partie de nos capacités.

Pour schématiser, l’hypersensible/atypique et le surdoué/zèbre auraient des perceptions intenses, des réactions extrêmes, une pensée systémique, en arborescence : chaque idée donnant naissance à une multitude d’autres, ils fonctionneraient par associations d’idées.

Les connexions neuronales seraient plus élevées et plus rapides que chez les « normaux pensants ». Ils analyseraient et synthétiseraient un grand nombre de données en même temps. Ils auraient également un déficit de l’inhibition : Ils intégreraient les infos sans toutes les trier.  La  pensée de ces patients, très complexe, « décrocherait » paradoxalement quand le sujet d’une réflexion est trop simple. En outre, l’hyper-empathie s’expliquerait par le nombre important de neurones miroirs qui jouent un rôle dans l’apprentissage et les processus affectifs. Bref, il ne s’agirait donc pas d’une pathologie mais bien d’une spécificité neurologique.

A l’inverse, toute personne hypersensible n’est pas surdouée. Car si tous les surdoués semblent hypersensibles, tous les hypersensibles/atypiques ne sont pas forcément surdoués, c’est-à-dire n’ont pas nécessairement un QI supérieur à 130.

Evidemment, et heureusement, tous les hyper-sensibles et surdoués ne sont pas en souffrance. Les enfants à haut-potentiel (HP) au profil dit laminaire, par exemple, ont des capacités cognitives, psychomotrices et relationnelles en adéquation avec la société. Ils sont plutôt bien dans leur peau et se sentent à leur place.

Comment vous guider dans la savane ?

En libérant la parole, le corps, la créativité, je vous encourage à :

  • Assumer vos belles différences et les transformer en atouts.
  • Retrouver l’estime de vous-même.
  • Relever des défis pour  sortir de votre zone de confort.
  • Retrouver votre être véritable et vous débarrasser du faux-self.
  • Renouer avec vos sensations.
  • Apaiser votre mental, lâcher prise.
  • Canaliser votre hyper énergie émotionnelle, sensorielle, intellectuelle, physique et en faire une formidable alliée.
  • Vous reconnecter à vos valeurs, vos immenses talents, identifier ce que vous aimez vraiment afin de le mettre au cœur de votre vie.
  • Cultiver l’empathie, l’intuition.
  • Comprendre et interpréter les besoins qui se cachent derrière vos émotions.
  • Revisiter votre histoire de vie sous l’angle de ce nouvel éclairage.
  • Travailler sur la culpabilité et la honte d’être compliqué, « trop » et « hyper »…

J’utilise des outils issus :

  • de l’art-thérapie,
  • la méditation pleine conscience,
  • la gestalt thérapie,
  • le psychodrame,
  • les techniques théâtrales,
  • la psychologie positive.

Je co-anime des week-end sur le thème de l’hypersensibilité.

Confier ses « différences », ses difficultés et ses réussites, au sein d’un groupe bienveillant, et trouver ses pairs est très salvateur.

Les prochains week-end : L’atelier Pas comme les autres : hyper-sensibles, déployez vos ailes

hypersensibles, atypiques, zèbres, surdoués

* J’ai été formée à l’accompagnement des hyper-sensibles/Hauts Potentiels par les créatrices de « Ressourcement zèbres ». Je ne me considère pas comme spécialiste de la douance mais, simplement, j’aide mes patients hypersensibles/atypiques à comprendre leur souffrance et à se révéler.

Pour aller plus loin, voici un article sur les zèbres dans mon blog :

Des questions zébrées

La douance ne serait-elle pas un mythe, une mode ?

Elle a toujours existé mais aujourd’hui, les personnes à haut potentiel (HP) sont mieux repérées et plus tôt. Le sujet est médiatisé, récupéré peut-être, et du coup, cela fait boule de neige. Beaucoup de livres sortent actuellement. D’un côté, certains spécialistes postulent que le monde évolue vers une plus grande sensibilité, plus de conscience… Nous serions de plus en plus humains ? D’un autre côté,  la violence de la société nous fragiliserait  et nous rendrait plus à fleur de peau. Il y a un lien à établir, d’ailleurs, entre douance et résilience. L’effet pervers serait de voir dans chaque personne atypique et/ou en souffrance des surdoués. L’amalgame est facile !

Quelles différences entre Haut Potentiel, surdoué, précoce, sur-efficient, zèbre ?

Les définitions changent selon les auteurs mais les nuances sont infimes. Pour faire court : le sur-efficient (terme de Christel Petitcolin) serait un Haut-Potentiel (HP) ou surdoué (en souffrance ou pas). Le zèbre (terme de Jeanne Siaud-Fachin), en quelques sortes, un surdoué atypique (avec une connotation de souffrance). Raymonde Hazan, elle, distingue le Haut Potentiel Intellectuel (HPI) du Haut Potentiel Emotionnel (HPE).

Faut-il se faire tester ?

La démarche est très personnelle. Certains patients se « contentent » de reconnaître leur côté hyper et/ou atypique et de suivre une psychothérapie. Cela suffit à les légitimer. D’autres, au contraire, ont besoin de savoir. Je les oriente dans ce cas vers un psychologue habilité. Parfois, leur première impression est d’être passé à côté de quelque chose, d’où, un sentiment de culpabilité et des frustrations, de la peine ou de la colère. Attention ! Tester simplement le QI est réducteur. La douance ne concerne pas que l’intelligence cognitive, il est nécessaire, à mon avis, de prendre aussi en compte les intelligences relationnelles et émotionnelles. D’où l’importance d’être bien orienté vers le bon praticien.

J’ai l’impression de générer des conflits

Monique de Kermadec, évoquant les surdoués (mais cela peut s’appliquer aux hyper-sensibles),  évoque 5 traits de caractère, source de discorde avec l’entourage : divergence des points de vue, excitabilité, sensibilité, clairvoyance et perfectionnisme. Le surdoué peut être considéré comme difficile à vivre, têtu, perturbateur, névrosé, immature. Il semble insatisfait d’une vie pourtant convenable. Il peut être craint pour son entièreté, son esprit de contradiction.

Que faire de mon hyper-empathie ?

Etre conscient de votre fonctionnement est un premier pas. Ensuite, il faut apprendre à mettre la bonne distance entre vous et les autres, discriminer les émotions qui vous appartiennent de celles qui appartiennent à votre entourage, votre famille, vos ancêtres. Ne plus être le sauveur, le thérapeute de vos parents, leur « nourrisson savant » comme disait Ferenczi, par loyauté familiale, pour réparer leurs manques ! Alors, vous pourrez utiliser votre empathie à bon escient.

J’ai peur d’être borderline, bipolaire et même schizophrène !

Chez le Haut-Potentiel, tout est hyper : hyper empathie, hyper sensibilité, hyper-émotivité, hyper-réactivité… Vous avez des (très) hauts et des (très bas), vous pouvez changer d’humeur en deux minutes. C’est le fameux « ascenseur émotionnel ». Mais pas d’amalgame. Si vous êtes reconnu HP, vous n’avez pas de pathologie mais un fonctionnement atypique. Avoir une personnalité véritable et enfouie et une personnalité sociale est pour le HP un mécanisme de défense. C’est sans doute cela qui vous fait penser à la schizophrénie.

Quelle est la différence entre l’introverti et l’hyper-sensible ?

Les hypersensibles ne sont pas obligatoirement introvertis. La plupart des introvertis sont hypersensibles, mais ce n’est pas une règle absolue. Saverio Tomasella explique qu’il « existe des personnes très introverties qui sont coupées de leur sensibilité. Quoiqu’il en soit, du fait des moments fréquents de saturation suite à une période de « sur-stimulation » (puisque la personne très sensible n’a pas de protection), le repos est nécessaire pour se retrouver et se rééquilibrer ».

Je suis dans la sur-adaptation permanente

Pour mettre fin à vos souffrances, au rejet, à la solitude, pour correspondre aux attentes de votre famille et calmer vos angoisses, vous avez mis en place certainement ce mécanisme de défense. Assumer ses différences, c’est ne plus faire semblant, arrêter de se sur-adapter sans cesse. Vous étiez dans la « Persona » comme dit Jung. Maintenant, vous allez enlever votre masque et réaliser que vous pouvez être aimé justement pour vos belles différences, sans être dans le faux-self.

Et si je suis coupé de mes émotions, suis-je autiste ?

Vous vous êtes sans doute coupé de vos émotions pour ne plus souffrir. Cette cuirasse vous a servi à un certain moment à vous protéger. Elle n’est sans doute plus utile aujourd’hui ! Pour sortir de ce fonctionnement autistique (qui n’est pas de l’autisme !) vous pouvez apprendre à renouer avec vos ressentis, écouter votre empathie, vous recentrer. A noter : s’il existe des caractéristiques  communes entre l’autisme de haut niveau (type asperger) et la douance, l’autiste n’est pas forcément HP.

Des livres sur les zèbres et compagnie

Akoun Audrey et Pailleau Isabelle :
Vive les zatypiques. Aidons nos enfants surdoués, hypersensibles, dys- et autres zèbres de 3 à 20 ans à s’épanouir
.

Aron Elaine :
Ces gens qui ont peur d’avoir peur : mieux comprendre l’hypersensibilité.

Adda Arielle :
Quels sont les enfants doués devenus ?
Itinéraire de l’adulte doué : une indicible désolation intérieure
Adultes sensibles et doués, trouver sa place au travail et s’épanouir

Bost Cécile :
Différence et souffrance de l’adulte sourdoué

Kermadec Monique :
L’adulte surdoué. Apprendre à faire simple quand on est compliqué

Foussier Valérie :
Enfants précoces, enfants hors-normes
Adultes surdoués, cadeau ou fardeau

Hazan Raymonde :
Le secret du surdoué

Kirchgessner Nadine :
Des femmes surdouées

Miller Alice :
Le drame de l’enfant doué
L’avenir du drame de l’enfant doué

Millêtre Béatrice :
Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués

Petitcollin Christel :
Je pense trop
Je pense mieux. Vivre avec un cerveau bouillonnant

Siaud-Fachin Jeanne :
Trop intelligent pour être heureux
L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir

Tomasella Saverio :
Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux ?
A fleur de peau